ASTROLIBERTES, une institution !

Ces réunions d’interprétation astrologiques ont lieu chaque dimanche à 15h au Falstaff Bastille, animée par Didier Geslain

Les Astrolibertés ont été créés il y a 24 ans, en 1994, par Didier Geslain lors de sa collaboration avec André et Nicole Braire aux Editions Traditionnelles.

Ces réunions dominicales permettent aux amateurs éclairés ou aux professionnels de se retrouver en toute convivialité et d’analyser, en toute liberté mais en argumentant leurs discours, deux ou trois thèmes d’hommes ou de femmes ayant marqué l’actualité de la semaine.

*

Réservations souhaitées au: 06 52 04 84 07.

Ces personnalités sont issues aussi bien  du monde de la politique, des lettres, des arts, des sciences,  du sport que des faits divers.

Les rencontres ont eu lieu successivement dans les locaux des Editions Traditionnelles du quai Saint-Michel, puis dans ceux de l’Agapé, de la librairie Astres puis à son domicile 9 Passage Saint-Sébastien Paris 11ème  (Métro : Saint-Sébastien).

Depuis son déménagement en province ces réunions ont lieu chaque semaine le dimanche à 15 h dans les salons privés du Falstaff, Place de la Bastille à Paris (Sortie de métro n° 1)

La 1000ème a été fêtée il y a un an.

Elles continuent d’attirer  un noyau d’auditeurs ayant déjà une formation astrologique.

La série a été jalonnée de quelques fleurons : Yves Lenoble nous a parlé des Cycles planétaires, Luc Mariani des nœuds lunaires et j’ai reçu Joaquim Pueyo député Nouvelle Gauche de l’Orne et vice président de la commission de la Défense.

Participation aux frais.

**

« IMPROMTUS  ASTROLOGIQUES AUTOUR DE LA CHANSON FRANCAISE  AU  CONNETABLE »

Didier Geslain  s’est  posé  un an au Connétable pour une série de rencontres  bi-mensuelles autour de la chanson française de Jean-Baptiste Clément aux rappeurs 2012.

Il a été très  souvent entouré de Fabrice Pascaud et Stéphane Rieux et du comédien Franck Molinaro ses amis.

Le Connétable est un bar-restaurant littéraire et artistique, haut lieu de la chanson française situé dans le Marais au 55 rue des Archives (Métro Rambuteau). L’établissement est tenu par Françoise. Gauvain Sers lui a consacré une belle chanson.